Accueil » Style de vie » Pourquoi nous prenons de mauvaises décisions ?

Pourquoi nous prenons de mauvaises décisions ?

Selon vous, combien de décisions prenez-vous en moyenne chaque jour? Douzaines? Des centaines, peut-être? Les psychologues pensent que le nombre est en réalité de plusieurs milliers. Certaines de ces décisions ont des effets retentissants au cours de notre vie (aller ou non à l’université, se marier ou avoir des enfants), tandis que d’autres sont relativement insignifiantes (par exemple, manger un sandwich au jambon ou à la dinde pour le déjeuner).

Certains de ces choix s’avèrent être très bons (vous choisissez une majeure universitaire qui mène à une carrière enrichissante), tandis que d’autres finissent par ne pas être si bons (le sandwich à la dinde que vous avez choisi était affreux et vous a perturbé l’estomac).

Alors, quand vous regardez votre vie et réfléchissez à certains des mauvais choix que vous avez faits, vous vous demandez peut-être pourquoi vous avez pris ces décisions qui semblent si mauvaises maintenant avec le recul. Pourquoi as-tu épousé quelqu’un qui avait tout faux pour toi? Pourquoi avez-vous acheté cette voiture compacte trop chère lorsque vous avez quatre enfants et que vous avez besoin d’un véhicule plus gros? A quoi pensais-tu quand tu as acheté ces terribles jeans taille haute l’automne dernier?

Bien qu’il soit évident que vous continuerez probablement à prendre de mauvaises décisions, vous pourrez mieux comprendre le processus derrière ces choix parfois irrationnels. Un certain nombre de facteurs contribuent aux mauvais choix et savoir comment ces processus fonctionnent et influencer votre réflexion peut peut-être vous aider à prendre de meilleures décisions à l’avenir.

Ensuite, découvrez pourquoi la prise de raccourcis mentaux conduit parfois à de mauvais choix.

1/ Les raccourcis mentaux peuvent vous tromper :

Si nous devions réfléchir à tous les scénarios possibles pour chaque décision possible, nous n’aurions probablement pas beaucoup fait en une journée. Afin de prendre des décisions rapidement et économiquement, nos cerveaux s’appuient sur un certain nombre de raccourcis cognitifs appelés heuristiques. Ces règles mentales mentales nous permettent de porter des jugements assez rapidement et souvent de manière assez précise, mais elles peuvent également mener à des réflexions floues et à de mauvaises décisions.

Un exemple de ceci est un petit raccourci mental sournois connu sous le nom de biais d’ancrage. Dans de nombreuses situations différentes, les personnes utilisent un point de départ initial comme point d’ancrage qui est ensuite ajusté pour donner une estimation ou une valeur finale. Par exemple, si vous achetez une maison et que vous savez que les maisons de votre quartier cible se vendent en moyenne à un prix moyen de 358 000 $, vous utiliserez probablement ce chiffre pour négocier le prix d’achat de la maison de votre choix.

Dans une expérience classique menée par les chercheurs Amos Tversky et Daniel Kahneman, les participants ont été invités à tourner une roue qui offrait un chiffre compris entre 0 et 100. On a ensuite demandé aux sujets de deviner combien de pays africains appartenaient aux Nations Unies. Les personnes ayant atteint un chiffre élevé sur la roue de la fortune étaient plus susceptibles de deviner qu’il y avait beaucoup de pays africains aux États-Unis, tandis que ceux qui avaient obtenu un nombre inférieur étaient susceptibles de donner une estimation beaucoup plus basse.

Alors, que pouvez-vous faire pour minimiser l’impact négatif potentiel de ces heuristiques sur vos décisions? Les experts suggèrent que le simple fait de devenir plus conscient d’eux peut aider. Dans le cas du biais d’ancrage, proposer une gamme d’estimations possibles peut aider. Donc, si vous achetez une nouvelle voiture, proposez une gamme de prix raisonnables plutôt que de vous concentrer sur le prix moyen global d’un véhicule particulier. Si vous savez qu’un nouveau VUS coûtera entre 27 000 $ et 32 ​​000 $ pour la taille et les caractéristiques que vous voulez, vous pourrez alors prendre une meilleure décision quant au montant à offrir sur un véhicule particulier.

Découvrez ensuite comment les comparaisons que vous faites peuvent parfois conduire à de mauvaises décisions.

2/ Vous faites souvent de mauvaises comparaisons :

Comment savez-vous que vous avez une bonne affaire sur cette tablette numérique que vous venez d’acheter? Ou comment savez-vous que le prix que vous avez payé pour un gallon de lait à l’épicerie était juste? La comparaison est l’un des principaux outils utilisés pour prendre des décisions. Vous savez quel est le prix typique d’un comprimé ou d’un gallon de lait, alors vous comparez les offres à trouver afin de choisir le meilleur prix possible. Nous attribuons une valeur en fonction de la manière dont les éléments se comparent aux autres.

Mais que se passe-t-il lorsque vous faites de mauvaises comparaisons? Ou lorsque les éléments auxquels vous comparez vos options ne sont pas représentatifs ou égaux? Considérez ceci par exemple: à quelle distance iriez-vous pour économiser 25 $?

Si je vous disais que vous pourriez économiser 25 $ sur un article de 75 $ en conduisant 15 minutes de votre chemin, vous le feriez probablement. Mais si je vous disais que vous pourriez économiser 25 $ sur un article de 10 000 $, seriez-vous toujours prêt à vous épargner pour économiser de l’argent? Dans la plupart des cas, les gens sont moins disposés à voyager plus loin pour économiser de l’argent sur l’article le plus cher. Pourquoi? Vingt-cinq dollars vaut toujours le même montant dans les deux cas.

Dans de tels cas, vous venez d’être victime d’une mauvaise comparaison. Comme vous comparez le montant que vous épargnez avec le montant que vous payez, 25 $ semble être une épargne bien plus importante par rapport à un article de 75 $ que si vous compariez avec un article de 10 000 $.

Lors de la prise de décisions, nous effectuons souvent des comparaisons rapides sans vraiment penser à nos options. Pour éviter les mauvaises décisions, il est parfois plus important de s’en remettre à la logique et à l’examen minutieux des options que de se fier à votre réaction immédiate.

3/ Vous pouvez être trop optimiste :

Étonnamment, les gens ont tendance à avoir un optimisme naturel qui peut nuire à une bonne prise de décision. Dans une étude fascinante, la chercheuse Tali Sharot a demandé aux participants ce qu’ils pensaient des chances d’un certain nombre d’événements désagréables, tels que le vol ou la maladie en phase terminale. Une fois que les sujets ont donné leurs prévisions, les chercheurs leur ont ensuite indiqué quelles étaient les probabilités réelles.

Lorsqu’on dit aux gens que le risque que quelque chose de grave se produise est inférieur à leurs attentes, ils ont alors tendance à ajuster leurs prévisions en fonction des nouvelles informations qu’ils ont apprises. Lorsqu’ils découvrent que le risque que quelque chose de grave se produise est en réalité beaucoup plus élevé que ce qu’ils ont estimé, ils ont tendance à simplement ignorer les nouvelles informations. Par exemple, si une personne prédit que les chances de mourir de la cigarette ne sont que de 5% mais qu’on lui dit alors que le risque réel de décès est en réalité plus proche de 25%, les gens vont probablement ignorer les nouvelles informations estimation.

Une partie de cette perspective trop optimiste provient de notre tendance naturelle à croire que de mauvaises choses arrivent à d’autres personnes, mais pas à nous. Lorsque nous entendons parler de quelque chose de tragique ou de désagréable qui arrive à une autre personne, nous avons souvent tendance à chercher des choses que la personne aurait pu faire pour causer le problème. Cette tendance à blâmer les victimes nous empêche d’avoir à admettre que nous sommes tout aussi sensibles à la tragédie que quiconque.

Sharot fait référence à cela comme étant le biais d’optimisme ou notre tendance à surestimer la probabilité de vivre de bons événements tout en sous-estimant la probabilité de vivre de mauvais événements. Elle suggère que ce n’est pas nécessairement une question de croire que les choses tomberont comme par magie, mais plutôt de trop confier nos propres capacités à réaliser de bonnes choses.

Quel est l’impact de cet optimisme sur les décisions que nous prenons? Comme nous pouvons être trop optimistes quant à nos propres capacités et perspectives, nous sommes plus susceptibles de croire que nos décisions sont les meilleures. Les experts peuvent avertir que fumer, être sédentaire ou manger trop de sucre peut tuer, mais notre parti pris d’optimisme nous amène à croire que cela tue surtout les autres, pas nous.

 

 

 

                                                                                                              *Youssra Erraki 

شارك على

Voir Aussi

La psychologie peut vous aider à vivre une meilleure vie en 9 façons

Comment la psychologie peut-elle s’appliquer à votre vie quotidienne? Pensez-vous que la psychologie est juste …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *